La décision dans un environnement complexe

Nous vivons une période complexe du point de vue socio-politique qui se révèle notamment par les choix électoraux des citoyens au niveau planétaire ; pour exemple, la surprise générée par les résultats des dernières élections aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Les élections sont des processus de plus en plus complexes car de nombreux paramètres rentrent en jeu, avec une forte influence des informations multiples et contradictoires partagées par les médias les réseaux sociaux.

Les éléments du système sont de nature sociologique très différente : les électeurs, les candidats à la Présidence, les médias, les partis politiques, les élus, mais aussi les origines culturelles, les classes sociales, les préférences et les vécus de chacun. Ces éléments sont organisés en un tout, différent de la somme des parties. Cependant, ce ‘tout’ sera à l’origine d’une décision unique finale : le vote en France pour la désignation du futur Président de la République.

Ce choix est donc un choix complexe car il met en jeu un ensemble de paramètres très différents, auquel on rajoute la méconnaissance de l’interaction entre les parties, une incertitude dans la connaissance globale et les paradoxes présents dans cette complexité. En effet, nous vivons une situation paradoxale où des vérités contraires décrivent la même réalité.

A cela se rajoutent les soupçons de manipulation et de fausses vérités qui influencent les votes des citoyens, ne sachant plus qui croire ou que penser.

Nous pourrions aussi nous demander si les instituts de sondage intègrent ce paradigme de la complexité dans leurs calculs ; cela expliquerait donc les erreurs fréquentes constatées dans les derniers sondages publiés. De plus les effets des résultats des sondages par les intentions de vote contribuent eux-mêmes au tout et à la complexité du système par leur double effet de rétroaction et de récursion. En effet, les résultats des sondages sont en rétroaction du système et les ils induisent une influence des parties du système sur leurs intentions de vote, et en récursion car le processus a besoin du produit pour continuer.

Il est donc essentiel d’intégrer cette complexité dans les analyses du fait d’une méconnaissance du système global, des incertitudes croissantes du système et du niveau de compréhension incomplet et partial de la situation.

Nous pouvons conclure que la question ‘Qui sera le prochain Président de la République française ?’ est une question complexe à laquelle seul l’avenir peut répondre, d’où l’importance de vivre pleinement le présent.

Recent Posts